Thursday, April 30, 2015

LA POSSIBILITÉ D'UNE CATASTROPHE

Face aux visions urbaines idéalisées et aseptisées de mon précédent post, on est forcément tenté de penser son opposé, à savoir penser l'accident ou la catastrophe dans des territoires jamais préparés à la recevoir. C'est ce qu'à tenter de faire avec un certain talent Jeremy Profit avec "Suburbia and other Catastrophes".

En regardant ces illustration on ne peut s'empêcher de penser à ces reportages très réguliers vus à la télévision de ces banlieues en apparence bien paisible et qui tout d'un coup sous l'effet d'une catastrophe ou d'un fait divers meurtrier semblent exploser totalement et perdre toute consistance, un peu comme si elles n'étaient que des villes décors.  On est dans le prolongement de "Bad Dream" et de "Dark Side of the Suburbia".

Ces planches nous renvoient aussi à notre capacité - ou non - à penser la catastrophe - voir "Et si on n'avait pas ..." - mais aussi "The New Normal ?" et "Le pire scénario".

Et ci-dessus une autre planche de Jeremy Profit qui, elle, semble renvoyer très directement à l'option "catastrophe" de "SimCity" - voir "Un monde sans catastrophe ?"

Wednesday, April 29, 2015

LA POSSIBILITÉ D'UNE VILLE

Entre banlieues chiliennes et mégapoles chinoises, visions d'un urbanisme aseptisé. C'est signé Bertrand Meunier.

Tuesday, April 28, 2015

LA POSSIBILITÉ D'UNE ÎLE

Pour prolonger mon précédent post sur les nouvelles façon de faire des îles, je voulais vous proposer ces images du Pioneering Spirit, le catamaran géant qui brouille les frontières entre bateau et plate-forme pétrolière.

Ça renvoie très directement à "Quand les bateaux deviennent des ports" et à "Autre paysage marin".

Monday, April 27, 2015

LA POSSIBILITÉ DE NOUVELLES ILES

Cela fait des d'années que certains excentriques rêvent de créer des états indépendants sur des plates-formes pétrolières installées dans les zones internationales - voir "I rule my own ocean micronation"

Aujourd'hui, il y a la volonté de la Chine de développer des ilots artificiels pour étendre sa zone maritime et les droits à exploiter les ressources marines qui y sont liés - voir "China's Island Factory".

Dans le même temps certains ambitionnent de construire de vraies agglomérations au large. Il y a quelques semaines The Seasteading Institute a ainsi lancé un concours d'architecture visant à créer un "état flottant" au large du Salvador et du Nicaragua - voir les grandes lignes du concours et les détails techniques.

Cela fait vingt ans que de tel projets de ville off-shore sont soutenus par des milliardaires notamment pour échapper à la réglementation et la fiscalité des états - voir - et vingt ans qu'ils se plantent tous lamentablement.

Mais qu'importe cela fournit toujours de belles images - voir et -, entretient la réflexion sur les nouveaux liens entre la terre et la mer et - surtout - aboutit parfois à de très belles réalisations comme à Lagos - voir "D'une architecture flottante à un urbanisme flottant ?" - ou à de très ambitieux projets urbains à grandes échelles - et .

Friday, April 24, 2015

TROIS ÉTAGES DE DRONES

Demain les drones voleront en essaim - voir pour les grandes lignes et  pour les détails techniques - en complément des flottes de drones modulaires - .

Demain, on comptera trois étages de drones militaires très variés mais aussi très complémentaires les uns avec les autres - voir les planches ci-dessous tirées de "Unmanned Systems Integrated Roadmap" qui est la feuille de route de l'armée américaine en matière de drones et de leur inter-opérabilité à l'horizon de 2038.

Face à de telles images, on comprend que l'on change de monde avec des pans entiers de la mobilité et de ses imaginaires qui basculent dans le monde des robots - voir  - et que la Google Car  et les voitures autonomes n'en sont qu'un des premières manifestations - voir  "D'autres machines".

Le tout est évidement à compléter par certaines hypothèses comme celles que demain les containers deviennent des robots ou que la rue devienne une usine mobile.

Thursday, April 23, 2015

ET SI LES CONTAINERS DEVENAIENT DES ROBOTS ?

Pour prolonger mon précédent post sur les containers sur roues de l'US Air Force qui abrite les postes de pilotages des drones, je voulais vous proposer une hypothèse : et si demain les containers n'étaient plus de simples boites inertes, mais devenaient des robots autonomes capable de se mouvoir seuls ?

Au départ de mon hypothèse, il y a la volonté exprimée en 2013 par les Marines américains de trouver un système leur permettant de gérer la circulation des containers à l'intérieur de leurs navires. C'est leur laboratoire, le Marine Corps Warfighting Laboratory, qui se charge des recherches et rapidement un premier concept sort des cartons - c'est l'image ci-dessus.

En mars dernier est présenté la concrétisation de cette idée avec la construction d'un tracteur télécommandé - le Dense Pack Access Retrievla and Transit - dont vous trouverez des photos ci-dessous et .

Face à cette invention, il y a deux options

- soit on regarde cela comme une simple innovation permettant de faciliter la circulation des containers, et on s'arrête là de réfléchir.

- soit on y voit le début d'une révolution: celle qui voudrait que les containers n'aient à terme plus besoin de grues pour se déplacer,
- et donc qu'ils deviennent peu à peu autonomes,
- et donc que se mette en place une nouvelle logistique et une nouvelle façon de construire et de faire évoluer des structures nomades de façon totalement innovante.

Je vous ai souvent parler dans ce blog de la façon dont le container avait changer le monde - .

Je vous ai aussi souvent parler de la façon dont l'armée américaine repensait entièrement le monde à travers cet objet du container pour déployer sa nouvelle stratégie fondée sur la vitesse et la souplesse - .

J'ai aussi tenté de vous montrer comment cela pourrait nous inciter à repenser le tissus industriel de demain - - mais aussi la façon de penser et concevoir la ville - voir .

Quand on mixe toutes ces pistes de travail qui ont pour point commun d'avoir le container comme support, on peut facilement imaginer que cette idée de "containers autonomes" ou de "containers robots" alimente encore un peu plus les imaginaires mobiles et toutes les réflexions sur un urbanisme souple et nomade - voir "Vers un urbanisme de camping cars ?" Bref, c'est passionnant et on y revient très vite;

Wednesday, April 22, 2015

ET SI LE CONTAINER ÉTAIT L'AVENIR DE L'ARMÉE DE L'AIR ?

Les images ci-dessus viennent de .

L'image ci-dessous vient de .

Les explications sur le sens de ce type d'aménagements mobiles sont à lire . Et cela dépasse largement le petit monde des aéroports militaires et des drones.

Tuesday, April 21, 2015

CE QUE VOYAGER SUR LES TOITS VEUT DIRE ...

Pour prolonger mon précédent post sur les nouvelles formes possibles de la densité liée à la mobilité, je voulais vous proposer ces quelques photos de transports au Bengladesh.

Le fait de voyager sur le toit n'est certes pas une spécialité locale, on le voit dans d'autres pays et notamment à Indonésie -  ou -, mais il est rare de le voir pratiquer de façon aussi systématique. 

Ce qui est le plus surprenant c'est de constater que les moyens de transports n'aient pas été repensés dans l'optique de cette pratique, comme ce fut pensé à une certaine époque -  et  - ou comme le testent les militaires avec certains de leurs véhicules, voir "Transports collectifs : nouvelle approche ?".

On comprend bien qu'il est difficile de pérenniser ces pratiques dangereuses par des équipements qui les faciliterait encore une plus. Mais de là à ne rien faire, la chose est étonnante.

Ce qui fait ressortir une autre question : et si les moyens de transports actuels étaient inadaptés à la foule, à la densité et à la pauvreté ?

Et si face à ces pratiques, il était - peut être - temps de revoir de façon radicale nos façons de penser les trains, les bus, bref les transports collectifs ? 

C'est a priori juste une des grandes questions qui devrait agiter le XXI° siècle.

Rappelons juste qu'aujourd'hui, nous sommes 7 milliards sur terre, avec près de 2 milliards de très très pauvres.

En 2050, nous serons 9 milliards avec plus de 4 milliards de pauvres dont 2,5 milliards de très très pauvres et , dont une très grande partie vivront en ville.

Face à ces réalités est-ce que l'on continue à penser les moyens de transports comme on le fait en Occident depuis 150 ans, ou est-ce que l'on essaie d'inventer des choses enfin radicalement nouvelles ?

- On a vu que la pauvreté obligeait l'architecture à se réinventer - voir .

- On voit que la pauvreté oblige à repenser la voiture - voir "Une autre approche automobile"

- Par contre on ne voit rien du côté des opérateurs des transports collectifs.

De façon plus générale, voir .

Monday, April 20, 2015